Google+

Tanagra ou l’histoire d’un vin hors du commun

par / 29 août 2013 Non classé No Comments

Il aura fallu près d’une décennie à la maison sparnacienne Lombard pour amener à maturité Tanagra. Aujourd’hui, cette cuvée haut de gamme se décline en un brut et un rosé de saignée. Un millésime suivra. D’ici quelques années…

 

Avec ses locaux situés sur les hauteurs d’Épernay, la maison Lombard fait un peu figure de résistante. À l’heure où bien d’autres ont quitté le centre de la capitale du champagne, Thierry Lombard et sa famille ont choisi de rester au cœur de la ville pour élaborer et faire vieillir leurs cuvées. Dans les caves de la rue des Cotelles, à l’écart de l’avenue de Champagne, 1,7 million de bouteilles sont produites chaque année, destinées à parts égales au marché français et à l’export.

Maison connue et reconnue, Lombard & Cie conçoit, depuis une dizaine d’années, une cuvée destinée à devenir l’ambassadrice de la marque, la caution haut de gamme de l’entreprise. Un pari en passe d’être réussi. « Enfin achevée, cette cuvée traduit un certain renouveau de la maison, explique non sans fierté Thierry Lombard. Je pense que nous frôlons la perfection. Lorsque nous avons lancé Tanagra, il y a dix ans, nous étions sur une forme d’excellence. Nous touchons aujourd’hui au grandiose. »

Dosé entre 6 et 7 grammes pour rester dans la fraîcheur et l’élégance, ce vin au tirage limité se veut réservé à une clientèle de connaisseurs. Son assemblage est composé de 50 % de chardonnay Grand Cru du Mesnil-sur-Oger, de 30 % de chardonnay Grand Cru de Chouilly et de 20 % de pinot noir Grand Cru de Verzenay. Caractérisé par une minéralité en fin de bouche, ce vin accompagne à merveille un autre produit d’exception, le caviar.

« Les premiers retours de consommateurs s’avèrent très positifs, affirme Thierry Lombard. Le contenu comme le contenant sont plébiscités par la clientèle. » À l’image de la cuvée, la bouteille de Tanagra possède aussi toute une histoire, une histoire de famille. « Cette bouteille très particulière a été imaginée par mon père, Philippe, dans les années soixante. Elle n’avait pas servi à l’époque. Lorsque nous cherchions un flacon pour Tanagra, nous avons très naturellement pensé à elle. Son col allongé permet à l’oxygène d’entrer d’une façon différente et au vin de vieillir plus lentement. »

S’il ne souhaite afficher, pour l’heure, aucun objectif de vente, le chef d’entreprise sparnacien destine avant tout cette cuvée à une clientèle très haut de gamme. Celle qui fréquente par exemple les Caviar House et les hôtels de luxe, comme le Banyan Tree en Thaïlande ou des Resort de l’île Maurice.

Jean-Baptiste Duteurtre

Laisser un commentaire

Email (ne sera pas publié)