Google+

Une sublime verticale de Mailly Grand cru

par / 31 janvier 2018 Non classé No Comments

On en parleArticle(s) connexe(s)

Le village de Mailly est l’un des dix-sept grands crus de la Champagne, un des moins connu aussi. Il est situé dans la montagne de Reims au nord et à l’ouest, d’où à la fois une forte proportion de pinot noir qui apporte la puissance, mais aussi toujours des vins plus frais qui vieillissent remarquablement. Envers du décor, ces vins ont besoin de beaucoup de temps pour se faire, ce qui les rend moins populaire que des crus plus immédiatement accessibles comme Bouzy, voire Ambonnay. Pour cette raison, sur les 240 hectares de la commune, de nombreuses grandes marques y possèdent leur vignoble.

La coopérative Mailly Grand cru a été créée en 1929, en pleine crise comme tant d’autres. Elle regroupe 80 producteurs avec environ 80 hectares de vignes, toutes en grand cru avec exclusivement du pinot noir qui est majoritaire, mais aussi du chardonnay qui s’explique par une partie crayeuse de l’appellation. Depuis sa création, elle a toujours suivie une optique qualitative : « cette optique de qualité n’a pas toujours été de tout repos. Des assemblées générales ont été très houleuses, des pages ont été arrachées sur le registre » souligne Xavier Muller, viticulteur à Mailly et président de la cave.

En 1929 déjà, son grand-oncle, Gabriel Simon a été un des fondateurs de la cave et durant toute son enfance, il a baigné dans les débats familiaux. Sa première récolte date de 1981 et il souligne la fierté de tous les producteurs d’avoir le privilège de travailler un vignoble grand cru et il a toujours été hors de question de galvauder un si beau terroir. La viticulture durable a toujours été pratiquée, mais il faut tout de même beaucoup de conviction pour convaincre en permanence les 80 viticulteurs sur leurs micro-parcelles, les 80 hectares étant répartis sur plus de 400 parcelles différentes, soit le tiers de la surface de la commune.

Jean-François Préau, le directeur dirige une entreprise qui affiche tout de même plus de 9 millions de chiffre d’affaires en 2016 et une progression de plus de 6,50% entre 2015 et 2016. Joli résultat pour celui qui était entré en 1986 comme informaticien-comptable et qui est à la tête de l’entreprise depuis une vingtaine d’années.

L’impressionnante cave a été creusée petit à petit à compter de 1930, à vingt mètres sous terre dans la craie, à raison de 30 mètres par an jusqu’en 1965. Elle a atteint la longueur d’un km, la longueur maximale que permettait la surface du terrain qui est au-dessus. Il en résulte comme caractéristique générale, la finesse de la bulle, car la température de cave est de 12° constant. Contenant près de deux millions de bouteilles, elle a été entièrement rénovée entre 2002 et 2003 grâce à l’architecte rémois d’origine italienne Giovanni Pace et elle a encore fait l’objet d’un investissement de trois millions d’euros en 2012 pour améliorer l’outil de production. Sébastien Moncuit en est le chef de cave depuis juin 2014 et il a remplacé Hervé Dantan, chef de cave pendant vingt-deux ans, parti chez Lanson.

Ce n’est donc pas un hasard si la cave de Mailly figure depuis ses origines et sans discontinuité parmi les meilleurs caves coopératives de la champagne. Un terroir de rêve, une équipe soudée et des producteurs motivés, voilà dans l’ordre ou dans le désordre, les clés du secret de Mailly Grand cru.

La dégustation verticale de la cuvée grand cru, jusqu’en 1955, démontre que les choix effectués sont non seulement les bons, mais ils prouvent leur pertinence, car les champagnes vieillissent à merveille avec des cuvées de toute beauté.

 

Dégustation verticale de la cuvée millésimée

 

La cuvée millésimée est élaborée lorsque les circonstances le permettent avec, en gros, trois quart de pinot noir et un quart de chardonnay, ce qui représente la plantation du vignoble. La présence du pinot noir n’est évidemment pas un hasard, car ce cépage est le fief de la Grande Montagne de Reims dont Mailly en est un des plus illustres représentants au côté de ses voisins Verzy et Verzenay.

La présence plus surprenante de chardonnay s’explique par la présence de sols très crayeux et la cave possède l’essentiel des 27 ha recensés dans la commune. Le chardonnay a été replanté pour l’essentiel après le gel de 1956 : avant, il n’y en avait que 10%. Cette replantation a aussi pour effet d’en augmenter un peu le rendement qui était historiquement très faible.

Si le pinot noir se distingue en général dans la Montagne de Reims par sa puissance et sa charpente, celui de Mailly, étrangement, joue dans un registre moins tapageur dans sa jeunesse. Il lui faut du temps pour exprimer toute son élégance et la dégustation verticale met en évidence qu’il lui faut, d’un point de vue strictement hédoniste, plus de dix ans pour s’exprimer entièrement. Il est, à vrai dire, plus proche du chardonnay, met sans jamais prendre de notes beurrées ou d’amande bien sûr. Plutôt que de partir vers des fruits rouges, le pinot noir de Mailly part vers des notes de pêche, de poire, d’abricot.

Le rare chardonnay est aussi très intriguant. Il ne ressemble pas du tout à ceux de la côte des blancs, mais plutôt de ceux de la Montagne de Reims avec une structure plus affirmée, plus de densité aussi, deux facteurs qui retardent son évolution. Pinot noir comme chardonnay prennent leur typicité très particulière grâce à une maturation lente et graduelle due aux expositions nord du vignoble. Il en résulte un pinot noir très élégant et un chardonnay tout en rondeur. Le monde à l’envers qui met un peu plus de temps à se fondre en bouteille, mais qui permet ces incroyables évolutions dans le temps. Démonstration avec la dégustation verticale qui met en valeur, selon les millésimes, la facette pinot noir ou la facette chardonnay. Deux fers au feu.

 

Mailly Champagne Brut 2008, 17/20

Froid et pluvieux pendant les vendanges, le millésime 2008 a favorisé le robuste pinot noir qui a été ramassé tard. Le 2008 se présente, comme toujours, avec  une robe paille dorée et une bulle fine. Le nez est très fin avec beaucoup de complexité et beaucoup de fraicheur. En bouche au contraire, le vin est ample, généreux avec toute la puissance du pinot noir. A ce stade, il existe un important décalage entre la finesse du nez et la puissance de la bouche et il faudra être patient pour que les deux s’harmonisent. La bouteille a bénéficiée d’un habillage spécifique. 5-20 ans.

Mailly Champagne Brut 2002, 18/20

Si l’été a été catastrophique laissant présager le pire, le splendide mois de septembre a permis d’entrer un millésime historique par sa densité et sa fraîcheur, en particulier pour les pinots noirs de la Montagne de Reims. Sa robe commence à dorer et il possède un nez splendide d’une grande finesse légèrement anisé. Le vin est généreux avec une belle trame acide et un beau volume. La finale commence à se complexifier, mais il possède encore beaucoup de potentiel. Immense réussite comme dans  tout le nord de la Champagne 0-30 ans.

Mailly Champagne Brut 1998, 17/20

Millésime tardif, 1998 a engendré des chardonnays magnifiques d’une grande fraîcheur. Pendant longtemps, le pinot noir, souvent en légère sous-maturité était un peu en retrait. Mais après plus de dix-ans, il a rattrapé son retard et les 1998 vieillissent à la perfection. La robe est dorée avec un nez fumé comme beaucoup de 1998, puis la belle amande du chardonnay associée à la pêche du pinot noir. Le vin est très élégant, la puissance se rétracte, le vin possède de la longueur, mais aussi un léger creux presque imperceptible dû à un manque de puissance du pinot noir qui s’impose par une belle présence aromatique. Un champagne gastronomique par excellence. 0-15 ans.

Mailly Champagne Brut 1995, 17/20

Un peu comme le 1998, le millésime 1995 a permis de rentrer de beaux chardonnays. La maturation du pinot noir a été plus difficile. Robe dorée, le nez est intense, un peu anisé tout comme en 2002. Le vin est dense, mais affecté d’une toute petite déviation liée au millésime, vite recouverte par la belle longueur. La fraîcheur due à une maturité un peu juste du pinot noir fait souffler une brise aérienne qui met en valeur le beau chardonnay. Il évoluera bien dans le temps. 3-15 ans.

Mailly Champagne Brut 1990, 17,5/20

Le millésime 1990 est un des plus complets de la champagne avec de nombreuses réussites. La robe jaune avec un nez très intense, dominé par la puissance du pinot noir. Le vin est ample généreux, riche et plein, avec de belles notes de miel, de pêche, de poire et d’abricot : tout le terroir de Mailly est là dans sa splendeur. La puissance et la gloire Une immense réussite. 0-20 ans.

Mailly Champagne Brut 1988, 16,5/20

Bénéficiant d’un beau temps, mais assez frais, les champagnes du millésime 1988 sont très structurés. Il a fallu patienter et ils arrivent lentement à leur apogée. La robe est jaunie avec un nez frais, légèrement herbacé et des notes de poire. Le vin est frais, tout en droiture, un peu de verdeur en finale, mais intemporel, aérien, altier, il continue lentement vers son ascension. Rien ne presse ! 5-15 ans.

Mailly Champagne Brut 1982, 17/20

Les conditions du millésime 1982 ont été excellentes, mais les volumes ont été très importants, conséquence de la petite récolte de 1981. La robe est largement jaunie avec un nez très intense, joliment épicé, avec une petite pointe d’évolution, miel, caramel. En bouche, le vin possède de la souplesse, certes un léger creux mais aussi une belle finale de miel et d’abricot, un peu d’amertume aussi. Il est à son apogée, mais possède de la réserve. 0-10 ans.

Mailly Champagne Brut 1979, 17/20

Un millésime chaud avec une belle récolte en quantité. Hélas, il a plu pendant les vendanges, mais les champagnes ont bien évolué en général malgré une acidité plutôt basse. La robe est paille, sans trace d’évolution avec un joli nez fumé très seyant. Le vin est très élégant avec un joli milieu de bouche très équilibré, il n’est pas très long, mais d’une belle harmonie d’ensemble et une belle légèreté. Belle finale fumée, puis caramel au lait et même figue. 0-10 ans.

Mailly Champagne Brut 1970, 17/20

Il a fait froid au printemps, puis le temps s’est amélioré conduisant à une vendange importante en volume, d’où des champagnes certes pas très denses, mais très harmonieux.  La robe est pâle avec de jolis arômes citronnés. Le vin est de demi-corps, citronné, un peu fluet, mais élégant. Avec la très grosse récolte, il a fallu stocker les vins sur les péniches. Néanmoins, le champagne 1970 ne manque pas d’allure, ce qui met la notion de rendement en question.

Mailly Champagne Brut 1964, 18/20

Un superbe millésime très ensoleillé qui a permis de produire des champagnes riches et même opulents. La robe du 1964 est presque pâle avec un nez d’une grande complexité. Le vin est dense, serré, avec une large palette aromatique, la concentration est étonnante, splendide finale de pourriture noble. L’acidité faible, mais le champagne est d’une tenue incroyable grâce à une densité hors norme. Une réussite majeure. 0-20 ans.

Mailly Champagne Brut 1955, 17,5/20

La récolte a été très importante sous de bonnes conditions météorologiques. Un peu sous-estimés à leur naissance, les 1955 ont, en général, très bien évolué. La robe est jaune avec un nez de miel puis d’abricot d’une grande complexité. Le vin est souple, dense, d’un beau volume, sans la concentration ultime du 1964, mais avec un grand charme. Ce grand millésime en volume et en qualité a très bien évolué vers les notes tertiaires, très pain d’épices, rassasiant avec moins de bulle, caramel au lait. Il est peut-être un peu dosé comme cela se pratiquait à l’époque, mais il est solide comme un roc. 0-20 ans.

Quelques champagnes rosés

Mailly Champagne Brut Rosé 2002, 18/20

Il s’agit de rosés de macération avec recalage de la couleur avec un peu de chardonnay. Joli nez de framboise. En bouche, le vin a de la tenue et même un peu de tannins, l’ensemble est d’une belle densité. Comme le blanc, il est parti pour la gloire. Fondamentalement, il n’est pas prêt ! 3-20 ans.

Mailly Champagne Brut Rosé 1982, 15,5/20

La robe est très évoluée. Le nez est en tertiaire, champignon. La bouche aussi, il décline, avec des notes de champignon de Paris. Peut-être ne s’agit-il que d’un problème de bouteille, car son correspondant en blanc est encore en forme.

Mailly Champagne Brut Rosé 1964, 18/20

La robe se présente avec un peu d’évolution. Joli nez de framboise mâtiné d’un peu d’abricot. En bouche, le vin est souple, d’un charme inouï, dense, harmonieux, avec une finale superbe et une petite rondeur comme dans le blanc. Une immense réussite ! 0-20 ans.

Mailly Champagne Brut Rosé 1955, 17,5//20

Robe café dilué. Le nez est intense avec de la réglisse et aussi un peu d’évolution. Le vin est de bonne densité, avec de beaux arômes de caramel, il est long, étrange mais harmonieux. Dosé, il est très étonnant. Une grande bouteille ! 0-10 ans.

Jean-Baptiste Duteurtre

Laisser un commentaire

Email (ne sera pas publié)