Google+

Lei Meng : la petite perle de la Champagne

par / 31 août 2017 Non classé No Comments

Son énergie est phénoménale. En France depuis 2007, Lei Meng a littéralement été conquise par les Champenois. Titulaire d’un master de marketing décroché à Reims, la jeune femme a créé son agence de consulting dans la « cité des sacres ». Elle partage son temps entre la France et la Chine où elle fait partager sa passion pour le roi des vins.

 

Elle est devenue incontournable dans le monde du champagne. Maisons de négoce et vignerons s’arrachent sa présence, apprécient sa distinction et louent ses compétences. Toujours souriante, ravissante, agréable, Lei Meng est une icône. Rien ne prédestinait cette jeune femme à devenir l’une des consultantes les plus pointues du champagne. Excepté son incroyable curiosité, son ouverture aux autres et son goût pour les rencontres.

« Je suis venue en France car la France est un pays de rêve pour les Chinois », explique Lei Meng. Elle y vit depuis 2007, date à laquelle elle décide d’interrompre les études de droit qu’elle suivait à l’université de Wuhan, à 1.200 km de Pékin. « J’ai beaucoup voyagé en France et en Europe avant de m’installer à Reims. J’ai foulé pour la première fois le sol de l’Hexagone à Perpignan, avant de me rendre en Espagne et dans de nombreux pays européens. » Lei y apprend le français, l’anglais et l’espagnol. Un solide bagage pour entrer à l’école de commerce de Reims (Neoma) afin d’y préparer un master de marketing dans le luxe. « Ces études ont été précieuses. Grâce à l’école et à son association d’étudiants, j’ai visité de nombreuses maisons de champagne, rencontré des vignerons et pratiqué de nombreuses dégustations. Je dois avouer que j’ai eu un vrai coup de foudre pour le champagne. »

En 2011, Lei Meng postule pour un stage de sept mois dans la maison Taittinger. Le premier déclic. « J’ai eu la chance de travailler aux côtés de Vitalie Taittinger qui est une personne délicieuse. Et toute la famille m’a adoptée. » En octobre 2015, lorsque Lei se marie dans la « cité des sacres », Pierre-Emmanuel Taittinger est parrain. Une cérémonie est organisée en la demeure des comtes de Champagne à Reims et un dîner au château de la Marquetterie, propriété emblématique de la famille Taittinger à Pierry.

Communicante et formatrice en Chine

Les portes s’ouvrent vite. Lei Meng crée son agence de consulting, multiplie les contacts, tisse rapidement un réseau exceptionnel. « Michel Bettane, avec lequel  j’ai collaboré, a enrichi mon savoir de la dégustation et affiné mon analyse sensorielle. » Studieuse, « bosseuse » et appliquée, Lei Meng comprend vite. Grâce à son agence, sise à Reims, elle devient une figure incontournable d’une Champagne si heureuse de trouver une Chinoise capable de prescrire avec autant de talent le roi des vins dans l’empire du Milieu. « Je n’arrête pas de faire des allers-retours entre la France et la Chine et j’assure des formations pour les amateurs, les professionnels, les sommeliers chinois des grands restaurants dans plusieurs villes comme Pékin, Shanghaï, Hong-Kong, Canton, Chengdu, Wuhan… Les Chinois sont très présents sur les réseaux sociaux que j’utilise sans cesse. »

Lei Meng repousse d’un revers de manche les idées reçues sur ses compatriotes. « Ils ont très envie de découvrir le champagne, apprécient ses couleurs, son effervescence, ses goûts. Pour eux, le champagne permet d’accéder à l’exception et au luxe. En revanche, sa vente s’avère compliquée car les taxes s’élèvent à 48 % pour les vins ! Les Chinois manquent de connaissances sur le produit. Je crois que mes formations leur sont utiles. Je leur parle du champagne et de ma vie en Champagne. Et je les incite à venir découvrir l’appellation sur le terrain. Car ils se rendent de préférence dans le Bordelais, en Bourgogne ou dans le vignoble italien. »

Autant dire que Lei Meng a encore du pain sur la planche. « Il faut absolument développer l’œnotourisme en Champagne. Faire connaître la cathédrale de Reims, l’avenue de champagne à Épernay, les jolis villages de la région, les restaurants et les Champenois. Et travailler aussi en réseau avec les étudiants chinois de Reims. »

La jeune femme met toute son énergie à devenir l’une des meilleures ambassadrices de la Champagne. Elle est épicurienne aussi, teste des recettes, écrit des articles non seulement sur le champagne mais également sur la gastronomie et les accords mets-vins pour différents médias chinois. « En plus, j’organise des dîners au champagne en Chine lors desquels je présente une sélection de cuvées et propose des accords avec la cuisine locale. On peut parfois avoir de belles surprises comme le canard laqué avec le champagne rosé de saignée (mon préféré) ou le vieux champagne avec le concombre de mer. » Un bouillonnement d’idées qui font de Lei Meng, plus que jamais, une véritable perle de l’appellation. « Je vais, en chinois, écrire un livre et lancer un site internet dédié au champagne. Mon rêve est de faire découvrir à mes amis chinois l’art de vivre de la région et qu’ils deviennent, comme moi, des amoureux du champagne. »

Jean Batilliet

Jean-Baptiste Duteurtre

Laisser un commentaire

Email (ne sera pas publié)