Google+

LadyStyle : Malard au féminin

par / 19 septembre 2013 Non classé one Comments

Le champagne Malard, à Ay, diversifie sa gamme. La maison vient de sortir une cuvée très glamour à l’habillage épuré. LadyStyle est un champagne au féminin inspiré du travail de la haute couture. « Un vin libre et audacieux », lance Natacha Malard, son ambassadrice.

La bouteille est épurée, élégante, élancée. Le graphisme, les couleurs et les matières inscrivent résolument la cuvée dans le registre de la séduction. Très chic avec le contraste du noir et du rouge, très tactile avec l’image d’un python en contrepoint de l’étiquette, comme un point de couture, un code, une porte ouverte sur la féminité et l’imaginaire. L’écrin appartient au registre de la mode, du fashion, de la liberté.
Le vin est à son image. Aérien, léger, presque cristallin. Grâce à son dosage en sucre minimaliste, la cuvée laisse exprimer la minéralité du vin et la subtilité de ses arômes dominés par des odeurs de petites fleurs blanches et d’agrumes apportées par les 50% de chardonnay entrant dans l’assemblage. « Cette cuvée est dédiée aux femmes, citadines et indépendantes », commente Natacha Malard, une Champenoise d’adoption qui apporte sa touche dans le haut de gamme des champagnes Malard. « J’ai souhaité donner une part de moi-même dans cette cuvée et notamment mon goût pour le design et la mode », explique la jeune femme, d’origine ukrainienne qui a été championne de volley au niveau international et mannequin pour la plus grande agence de son pays, Oleg et Eva Model Agency.
Entre le volley et l’ovalie, il y avait l’espace d’une belle rencontre. Celle de Natacha et de Jean-Louis Malard, champion de France junior de rugby qui a présidé longtemps aux destinées du club d’Épernay.

Tourné vers l’export

Le champagne a su retenir Jean-Louis Malard sur ses terres après une formation sport-études rugby dès 14 ans. Il fonde une société de distribution avant de créer en 1996 une maison de champagne à son nom. Cet homme du sérail, dont les parents ont travaillé dans les grandes maisons de négoce, connaissait parfaitement son affaire. Le développement de la marque a été rapide avec 1, 3 million de bouteilles vendues, majoritairement sur le marché français et dans les circuits de la grande distribution et des cavistes.
Basée à Ay, au cœur des grands crus de pinots noirs, la maison s’attache à se positionner sur de nouveaux marchés, en France mais aussi à l’export.
La cuvée LadyStyle en est le meilleur exemple. « Les choses ont résolument changé dès 2010. Nous avons investi dans un nouvel outil de production et, en 2013, nous avons affirmé notre volonté de développement à l’export  », souligne Jean-Louis Malard.
Son épouse, Natacha, s’investit à 100% dans l’entreprise. Elle participe au rayonnement de la maison, à la création de son identité et façonne sa singularité. À sa manière. Dans une fusion d’énergie et de charme qui renvoie à l’alchimie des assemblages et à l’effervescence du champagne.
« LadyStyle s’inscrit bien dans cet esprit. La cuvée est associée au monde de la mode, du luxe, de l’excellence qui sont des vecteurs forts de communication », ajoute la jeune femme.
En Ukraine, bien sûr, mais aussi en Russie et sur tous les grands marchés, à l’international, où cette ancienne volleyeuse entend marquer des points. Et jouer gagnant… gagnante !

 

Jean Batillet

 

P67 Malard

Jean Batillet

1 commentaire

  1. Dear Jean,

    Do you know who is in charge of the distribution department of Champagne Malard ? I’m interested in this brand

    Tina

Laisser un commentaire

Email (ne sera pas publié)