Google+

Jean-Roch champenois 2017 : « Chaque jour de la vie est un prétexte au champagne »

par / 10 août 2018 Non classé No Comments

Ambassadeur du monde de la nuit de Paris à Saint-Tropez en passant par Dubaï ou New-York, Jean-Roch affiche un véritable intérêt pour le champagne. Le créateur des VIP Room travaille avec les plus grandes marques. Depuis un quart de siècle, il a largement contribué à détrôner les whiskys et autres vodkas dans ses établissements où la bulle champenoise est désormais la boisson favorite. C’est à ce titre qu’il s’est vu décerner en octobre le titre de Champenois de l’Année 2017 par notre magazine.

 

Que vous inspire le champagne ?

Le champagne est un signe de raffinement, de culture et de connaissance. Pour moi, c’est aussi un élément de savoir. En effet, selon le champagne que choisissent les clients, je suis capable de définir leurs centres d’intérêt.

 

Quand avez-vous bu votre dernière coupe de champagne ?

Quand ? J’ai du mal à me souvenir mais je sais que j‘ai juste trempé mes lèvres dans la coupe car je ne bois pas d’alcool. Alors certes je ne suis pas pratiquant mais j’apprécie cette religion.

 

Le champagne est-il dans votre esprit associé à des occasions particulières ?

Pour moi chaque jour de la vie est un prétexte au champagne. Il faut apprécier chaque jour et quoi de mieux que de le faire avec du champagne.

 

Vous souvenez vous de la première fois où vous avez trempé vos lèvres dans une coupe de champagne ?

Je devais être gamin. C’était lors d’un diner de famille et mes parents ne regardaient pas vers moi. Je dois dire que j’étais très très attiré par cette flute et les bulles qui remontaient. Je voulais absolument en connaître le goût. Et j’ai fait la grimace comme tous les enfants qui goûtent du champagne.

 

Quelle est pour vous la spécificité du champagne par rapport aux vins effervescents du monde ?

Le champagne est pour moi l’exception. C’est un signe fort. Lorsque les gens boivent un rosé, un blanc de blancs, cela représente un raffinement dans la célébration.

 

Quel est votre plus grand souvenir associé à du champagne ?

C’est le rêve de la nuit dernière dans lequel il y avait du champagne partout.

 

Vendez vous beaucoup de champagne dans vos établissements VIP Room ?

Le champagne est le cœur de cible des VIP Room à travers le monde et pas seulement en France. C’est la religion première, la dynamique première, la célébration première dans nos établissements. Je fais partie de ceux qui sont au service du peuple de Champagne.

 

Est-il important qu’il y ait un cérémonial autour du champagne ?

Le rituel pour moi est essentiel. La mise en scène, la façon d’amener le champagne, la musique, les effets spéciaux… Tout ce qui permet de sublimer l’arrivée du flacon est essentiel. J’ai l’exemple de Saint-Tropez où j’ai conçu, il y a plus de dix ans, ce que j’appelle l’ascenseur du bonheur « Coming from the sky ». Il amène des mathusalems, des jéroboams mais aussi des bouteilles de champagne. Des gens du monde entier viennent à Saint-Tropez pour voir ce rituel, et ils commandent généralement de supers flacons.

 

Quelles est la bouteille la plus chère vendue dans un de vos établissements ?

L’argent dans ce domaine est anecdotique. Le plus important pour moi est la qualité du flacon vendu. J’ai vendu des bouteilles dans toutes les marques et dans des formats pharaoniques. Mais je n’ai jamais servi n’importe quoi, n’importe comment.

 

Certains mettent des glaçons dans le champagne, cela vous choque ?

Je trouve cela bizarre, effectivement. Dans les VIP Room, nous servons le champagne dans des coupes glacées. Il n’y a donc pas besoin de mettre de la glace. Mais il faut de beaux verres. La verrerie est importante, le service est important, le rituel est important. Mais le plus important est le champagne choisi.

 

La romancière Amélie Nothomb parle du Champagne comme d’une œuvre d’art. Etes-vous d’accord ?

Elle a raison. C’est une œuvre d’art éphémère qui est comme le quart d’heure d’Andy Warhol. (NDLR, l’artiste dans le catalogue d’une exposition estime : « À l’avenir, chacun aura droit à 15 minutes de célébrité mondiale. »)

 

Orson Welles disait : « il y a trois choses dans la vie que je ne supporte pas : le café brulant, le champagne tiède et les femmes froides. » Vous en pensez quoi ?

Je suis d’accord avec lui sur le champagne et le café.

 

Une vie sans champagne, cela peut exister ?

Une vie sans champagne est une vie sans joie, sans célébration, sans bonheur, sans partage. Cela ne peut pas exister.

 

 

Propos recueillis par Jean-Baptiste Duteurtre

 

 

 

Jean-Baptiste Duteurtre

Laisser un commentaire

Email (ne sera pas publié)