Google+

Henri Goutorbe : une affaire de famille

par / 9 septembre 2016 Non classé one Comments

Le nom de Goutorbe est associé à la commune d’Ay. Cette maison est  dirigée par René et Etienne qui ont développé l’entreprise en maintenant un haut niveau de qualité.

Depuis plus d’un siècle, la famille Goutorbe mène de front le métier de pépiniériste et celui de producteur de Champagne. Côté pépinière, l’activité a été créée à la fin du 19e siècle par Émile Goutorbe (1890-1956), vigneron en chef de Perrier-Jouët, pour replanter le vignoble détruit par le phylloxera. Elle a été reprise par son fils Henri (1922-2009). Le petit-fils René la gère actuellement rejoint par son fils Étienne. Ils produisent aujourd’hui 1,7 million de greffons, mais l’activité était beaucoup plus importante au moment de la replantation de la Champagne.

L’activité des vins de Champagne a été développée par Henri et René Goutorbe à partir des années 1970 lorsque le rythme de replantation s’est ralenti. Aujourd’hui, la maison possède 22 hectares de vignes (dont 4,5 ha de blanc) à Ay bien sûr avec plus de 10 hectares où ils résident, mais aussi à Mareuil-sur-Ay, Mutigny, Bisseuil, Avenay Val-d’Or, Cumières, Hautvilliers, Gyé-sur-Seine et Sézanne.

La part est faite belle au cépage pinot noir qui représente 70 % de l’encépagement, complété par 25 % de chardonnay et 5 % de pinot meunier. La production représente, bon an, mal an, 180 000 bouteilles dont la moitié est exportée, l’autre moitié restant en France. La maison Henri Goutorbe est membre du club Trésor de Champagne qui a été créé en 1971 avec une optique fortement qualitative. René Goutorbe en est d’ailleurs le président.

Le style Goutorbe est basé sur la puissance du pinot noir dans un style velouté, généreux et plein avec des champagnes concentrés qui ont tous subi la fermentation malolactique. Ils vieillissent magnifiquement et il est d’ailleurs possible d’acquérir quelques vieux flacons.

service tradition

 

La dégustation

Blancs de Noirs Grand cru NM

Le blanc de noirs est une création du fils de la maison, Etienne Goutorbe, qui a osé sauter le pas en proposant un pur pinot noir qui a la chance d’avoir une robe est pâle (difficile à obtenir en pinot noir). Le vin est de bonne densité, très marquée par le pinot noir bien sûr et légèrement tannique. Composé uniquement de raisins du grand cru Ay, il gagnera en ampleur et en classe avec quelques années de maturation en bouteille. Dosage à 9 g/l, la fermentation malolactique a été effectuée.

Club Grand cru 2005

Le millésime 2005 est parti sur grand pied avec une année quasi parfaite, mais les vendanges ont été perturbées. La robe est pâle et la bulle fine. Le nez est ouvert, ample et riche, très dans le style des 2005 réussis, ce qui donne un beau volume avec un champagne généreux, riche et plein. Il est composé de 70 % pinot noir et 30 % de chardonnay, la malolactique a été effectuée, ce qui lui donne de la rondeur. Il est à point et se conservera sans problème une quinzaine d’années.

Club Grand cru 1994

Cette cuvée Club est issue du difficile millésime 1994, un millésime pluvieux en particulier pendant les vendanges. La robe a jauni comme beaucoup de 1994 et les arômes vont vers le pain d’épices avec des notes d’évolution. La bouche est souple et ronde avec une petite évolution vers la madérisation sauvée par le charme d’une forte proportion de pinot noir du grand cru Ay qui démontre que, dans des conditions difficiles, il s’en sort avec les honneurs.

Cuvée Millésimée Grand cru 2006

Le millésime 2006 a bien réussi au pinot noir, ce qui tombe bien. La robe est pâle. Le nez est fin, peu intense, mais très marqué par de beaux noirs. Le vin est très élégant avec beaucoup de classe, le milieu de bouche est fin avec une jolie finale très typée Ay. La malolactique a été effectuée et le dosage est de 9 g/l. Ce champagne élaboré avec 75 % de pinot noir et 25 % de chardonnay continuera à progresser dans le temps et il en étonnera plus d’un dans quelques années.

Cuvée Prestige 1er cru NM

La cuvée prestige de la maison Goutorbe est élaborée avec 70 % de pinot noir, 25 % de chardonnay et 5 % de pinot meunier. Le chardonnay vient de Bisseul, le pinot noir de Mareuil-sur-Ay et Ay bien sûr, etc. Il a été élaboré sur une base de 2009 avec 5 % de vins de réserve. La malolactique a été effectuée et le dosage est de 9 g/l. La robe est pâle. Le nez est très intense, expressif, pêche, abricot. Le vin est ample et généreux, souligné par l’absence de l’acide malique, l’ensemble est d’une solide constitution. Déjà prêt à boire, il se gardera bien.

Coteaux Champenois Rouge 2012

Changement de décor avec le millésime 2012 : on apprend vite dans la maison. La robe est dense et le nez est marqué par les arômes de jeunesse, tout en fruits rouges. Le vin est ample, assez tannique, avec un beau fond et du corps. Il mérite quelques années de garde pour exprimer tout son potentiel.

Coteaux Champenois Rouge 2010

Abandonnée depuis 1996, la maison Goutorbe élabore à nouveau un coteau champenois rouge sous l’impulsion d’Etienne Goutorbe. La robe du 2010 est légère et le vin est très parfumé, complètement ouvert. Élaboré avec le clone 115 de pinot noir, le vin est suave, élégant, pas très puissant avec encore une petite dureté tannique en finale.

Bernard Burtschy

Jean-Baptiste Duteurtre

1 commentaire

  1. […] Source link […]

Laisser un commentaire

Email (ne sera pas publié)