Google+

La Champagne teste la première route de fret transatlantique sans pétrole

par / 2 octobre 2017 Non classé No Comments

L’arrivée de la goélette Avontuur, partie de La Rochelle le 6 août dernier, est prévue début octobre dans le port de Montréal (Canada). Elle ouvre la possibilité d’une voie maritime verte entre l’Europe et l’Amérique du Nord qui pourrait devenir la première ligne commerciale transatlantique sans pétrole, les transports complémentaires sur terre étant réalisés par véhicules électriques ou GNL et par rail.

Le Comité Champagne s’est associé à l’entreprise canadienne Portfranc, à l’initiative de ce projet, pour qu’une cargaison de Champagne fasse partie du voyage, opportunité unique de tester un moyen de transport plus écologique pour ses exportations hors Europe.

L’ensemble de la filière Champagne s’est mobilisé dès les années 80 pour mettre en œuvre des solutions pour préserver l’environnement. En 2003, la Champagne a été la première région viticole au monde à calculer son Bilan Carbone et à mettre en place un plan qui a permis de définir plusieurs leviers d’actions (viticulture durable, transport et fret, efficacité énergétique des bâtiments, achats responsables) aboutissant à des solutions particulièrement innovantes, comme la réduction de 7 % du poids de la bouteille de Champagne.

La Champagne a ainsi réduit ses émissions de carbone de 15% par bouteille expédiée en 10 ans, mais les efforts doivent se poursuivre et une nouvelle feuille de route a été établie, fixant un objectif intermédiaire de réduction de -25% en 2025 dans le but d’atteindre – 75% à l’horizon 2050.

Le fret représente actuellement 10% de l’empreinte carbone totale de la filière Champagne. Le fret maritime est ultra-majoritaire pour les expéditions de Champagne hors Europe (43% des exportations) et même s’il s’agit d’un moyen de transport très économe en CO2 par rapport à l’avion, il pourrait l’être encore davantage si les moyens de transport verts se généralisaient.

Cette expérimentation offre la possibilité d’analyser le potentiel d’une chaîne logistique respectueuse de l’environnement et pérenne, qui contribuerait à la poursuite de la réduction de l’empreinte carbone de la filière Champagne.

Jean-Baptiste Duteurtre

Laisser un commentaire

Email (ne sera pas publié)