Google+

Champagne Colin à Vertus : classique, audacieux et glamour

par / 12 décembre 2016 Non classé one Comments

Vignerons à Vertus dans la Marne, les Colin ont souhaité quitter la philosophie du système coopératif pour voler de leurs propres ailes en 1996. Un choix judicieux, comme en témoigne le succès de leur gamme de dix champagnes dont une dernière cuvée très racée, l’Enjôleuse, hymne à la féminité et à la séduction.

La famille Colin n’hésite pas à sortir des sentiers battus. Certains jouent la prudence. Elle a préféré l’audace, l’originalité et l’ambition. En choisissant de quitter le statut de coopérateurs pour celui de vignerons indépendants en 1996, les frères Richard et Romain font le choix de l’indépendance, dans une période où la tendance est plutôt à une certaine frilosité. « Nous avions envie de retrouver un certain enthousiasme dans le travail », explique Delphine, l’épouse de Richard, chargée du marketing et de l’export.

Les Colin pouvaient s’appuyer sur une longue histoire et la transmission d’un savoir-faire qui privilégiait le terroir et le sol. Maison familiale depuis sept générations à Vertus, le champagne Colin cultive des valeurs d’excellence et d’exigence depuis longtemps. La maison possède des vignes plantées en chardonnay et en pinot noir à Vertus, Bergères-les-Vertus, Cramant et Oiry, ainsi que des parcelles en pinots noir et meunier à Sézanne. Au total, l’exploitation couvre près de 11 hectares. Une belle palette de terroirs – avec sept hectares en premier cru – pour imaginer des assemblages de grande qualité. « Et nous sommes très attachés au respect de l’environnement, comme en témoignent nos démarches pour décrocher le label viticulture durable », relève Delphine Colin.

 

Delphine, Richard et Romain Colin se sont donné les moyens d’atteindre leurs objectifs en investissant dans les équipements de stockage (entièrement hors sol) et de pressurage, et dans un élégant espace d’accueil. L’acquisition d’une batterie de cuves en inox est venue compléter un outil de travail performant.

L’objectif est clair : se situer dans le haut de gamme. Les soins apportés à la vigne (45% du vignoble est labouré mécaniquement et l’utilisation de produits phytosanitaires est parcimonieuse) permettent à la plante de donner ses meilleurs fruits. Les raisins composent une gamme de dix champagnes, de la cuvée Alliance, le brut tradition, à la cuvée Roger Adnot, de 30 ans d’âge et issue de la vinothèque familiale. « C’est un champagne de collection et un hommage au guide spirituel de la famille », précise Delphine Colin.

Entre tradition et collectors, les déclinaisons de l’expression du terroir sont diversifiées. Du rosé d’assemble au rosé de saignée, de la cuvée Parallèle (extra-brut de blanc de blancs premier cru dosée à 3 grammes/litre) à la cuvée extra-dry, commercialisée après 30 mois de vieillissement sur lies et huit mois après dégorgement. Elle est dosée à 17 grammes/litre et possède une belle ampleur qui s’accorde bien aux plats sucrés-salés ou aux desserts.

De la dentelle pour l’Enjôleuse

Véritable éloge à la féminité, la toute nouvelle cuvée Enjôleuse brille déjà au firmament des champagnes d’exception. Par son habillage d’abord. L’étiquette de la bouteille évoque une fine dentelle noire. « Un hymne à la féminité et à la séduction, souligne Delphine Colin. Nous avons souhaité casser un peu les codes du champagne au niveau de l’habillage mais aussi rendre hommage aux femmes à l’origine de la maison Colin. »

Composée à 100 % de chardonnay du terroir de Vertus, cette cuvée est vieillie sept ans en cave puis commercialisée six mois après dégorgement. 3.000 bouteilles, élaborées à partir d’une base de la récolte 2007, viennent d’être mises sur le marché.

 

Enjôleuse doit être, on le pressent facilement, dégustée dans les grandes occasions, comme la Saint-Valentin ou lors de la naissance d’une idylle. Elle a été présentée lors de quelques évènements exceptionnels, dont le « Printemps du champagne » en avril dernier au Cercle Colbert à Reims. « Nous avons rejoint une nouvelle association qui regroupe une dizaine de vignerons souhaitant mutualiser leurs efforts et s’entraider pour la valorisation de leurs vins. »

 

Très étoffée, cette gamme est bien sûr destinée aux demandes du marché à l’export (qui représente actuellement 35% des ventes de Colin) autour d’une orientation marquée « blanc de blancs » dans toutes ses nuances.

La maison expédie 95.000 bouteilles dont deux tiers dans le réseau des cavistes et des CHR (cafés, hôtels, restaurants) et un tiers à destination des particuliers. Ses vins sont à découvrir dans les caves et sur le site de production situé à la sortie de Vertus, à la lisière entre vignes et plaine.

Jean Batilliet

Jean-Baptiste Duteurtre

1 commentaire

  1. Quelle est l’adresse de cette maison de champagne ?
    Une cuvée en particulier à conseiller ?

Laisser un commentaire

Email (ne sera pas publié)