Google+

Ces filles ne comptent pas pour des bulles

par / 14 octobre 2015 Non classé one Comments

Elles cultivent dynamisme et exigence au service de leur exploitation. « Les Fa’bulleuses » réunissent 7 viticultrices qui partagent la même vision du marché et de l’avenir. Une passion et un métier qui se conjuguent pour elles au féminin. Une nouvelle génération qui fait bouger les lignes.

Sophie, Charlotte, Hélène, Mathilde, Laurenn, Florence, Claire : voilà un bien jolie casting ! Le 18 mai elles se sont retrouvées aux Folies Bergères, à Paris. Pour de sages Folies… Vigneronnes. Une journée sans plumes et sans paillettes mais pleine de pétillance et d’énergie. Les Divines d’Alsace, les Etoiles en Beaujolais, les Vinifilles du Languedoc-Roussillon et les Eléonores de Provence étaient à leurs côtés. Pour une revue éphémère et un spectacle inédit totalement dédiés aux découvertes gustatives.

« Notre association est née d’une complicité et de nombreuses affinités », lance Sophie Milesi. « Nous nous connaissions déjà mais nous avions envie de partager nos passions, nos expériences et nos connaissance. » Ne dites surtout pas à Claire que leur mouvement est féministe ! « Nous revendiquons notre féminité sans militantisme. Notre principal objectif est l’entraide. »

« Brunes ou blondes, grandes ou moins grandes, toujours toniques et joyeuses nous voulons faire découvrir nos champagnes de terroir avec de la motivation et du plaisir. » D’où ce nom, Fab’bulleuses, qui contracte tous leurs désirs. Notamment celui d’instruire et de plaire. « Nous sommes sur le terrain du matin au soir. Dans les vignes ou dans les caves. Toutes les filles sont quasiment passées par le lycée viticole d’Avize. A des moments différents, bien sûr, puisque des membres de l’association ont entre 26 et 47 ans », relève Mathilde.

Un coffret commun ?

« Le monde du vin s’ouvre de plus en plus aux femmes. C’est vrai en Champagne comme ailleurs. Les femmes sont souvent de grandes dégustatrices et d’excellentes commerciales. Nous n’avons rien à envier aux hommes. Je me demande même si nous ne goûtons pas les vins avec davantage de sensibilité », commente avec le sourire Charlotte.

« Nous souhaitons rester une association de femmes », ajoute Mathilde, à l’origine d’une autre initiative, la création de Ladies Bubbles, un groupe de trois viticultrice qui propose de conduire les touristes à la découvert de leurs domaines, dans la Vallée de la Marne, la Côte des Blancs et la Montagne de Reims. A la clé : visite guidée, transport et repas compris dans la balade.

« Les vocations se multiplient et se diversifient », avoue Laureen qui se réjouit de la création prochaine d’un site Internet entièrement consacrée aux Fa’Bulleuses. « Il me semble que les femmes savent être appliquées et perfectionnistes », poursuit-elle. « Mais nous n’allons pas tout révolutionner. Nos parents et grands-parents ont réalisé un travail considérable pour faire du champagne la reine des appellations. Nous cultivons le jardin avec amour. En cassant peut-être un certain nombre de codes », nuance Charlotte.

« Notre carte maîtresse c’est le développement de l’oenotourisme et de l’accueil. Il faut donner envie aux amateurs de vins de venir en Champagne et d’y revenir. Et dans ce domaine les choses bougent sacrément », confirme Florence. « Nous songeons aussi à proposer à nos clients et aux cavistes un panel de toutes nos cuvées. Un coffret des Fa’Bulleuses est dans l’air », souligne Sophie.

Déjà sur twitter, sur Facebook, dans les salons, les Fa’Bulleuses font souffler un vent nouveau sur la Champagne. Avec passion et décontraction.

 

Jean Batilliet

FABULLEUSE10

 

 

 

 

 

Jean-Baptiste Duteurtre

1 commentaire

  1. Super initiative la création de Ladies Bubbles, une raison de plus d’aller faire un tour en Champagne !

Laisser un commentaire

Email (ne sera pas publié)