Google+

Aÿ-Champagne :  des grains de fantaisie dans le futur « Pressoir »

par / 5 mars 2018 Non classé No Comments

Il ouvrira ses portes fin 2020. Baptisé provisoirement « le Pressoir », le centre d’interprétation du champagne proposera aux touristes une flânerie vibratoire à la découverte des sens, ceux du champagne bien sûr. De manière ludique, attractive, surprenante et fédératrice. Des atouts pour augmenter la durée de séjour des visiteurs et les inviter à découvrir d’autres visages de la Champagne.

 

Il proposera un éveil de tous les sens, autour du champagne bien sûr. Dans la cité du bon roi Henri IV on anticipe aussi les retombées de l’inscription de la Champagne au patrimoine de l’Unesco, l’afflux de visiteurs et ses retombées. Son nom de code est « Pressoir ». « Il n’est pas définitif », commente Dominique Lévèque, maire de la commune et président de la Communauté de Communes La Grande Vallée de la Marne qui réunit de prestigieux villages de l’appellation, d’Hautvillers à Bouzy. Depuis 2003 les élus planchent sur ce projet de centre d’interprétation du champagne qui sera tout sauf un musée.  On plongera dans l’univers du roi des vins dans l’immatérialité, dans les caves sans y être vraiment, à proximité des vignes, mais surtout dans un monde de sensations, d’apaisanteur, d’effervescence créative. « Nous n’allons pas nous substituer aux visites de caves, mais proposer une entrée en matière pédagogique, ludique, attractive, surprenante, qui sera une alternative à d’autres offres », souligne l’élu.

Avec la création de la Cité-Collet,juste en face, le pressoir viendra compléter les atouts touristiques d’Aÿ-Champagne et de l’ensemble de son territoire face aux locomotives que sont Epernay et Reims. Cet espace scénographique, aménagé dans les anciens pressoirs Pommery, représente un investissement de 7, 5 millions d’euros portés par la communauté de communes pour moitié et d’autres partenaires. 2000 m2 d’espaces vont être dédiés à des déambulations pédagogiques, mais aussi des ateliers d’œnologie, des coups de projecteur  sur la culture viticole et vinicole. Il accueillera aussi des concerts, des expositions temporaires, des séminaires, des spectacles de petits formats, accueillera un bar à champagne, une boutique de vente de champagne et un restaurant bistronomique avec une terrasse qui offrira une vue à 360 degrés sur un océan de vignes. « Tous les publics y seront accueillis, y compris les enfants pour lesquels des activités adaptées seront proposées », précise Dominique Lévèque.

L’oenotourisme en pleine effervescence

En 2020, avec la réouverture du musée Perrier avenue de Champagne, à Epernay, d’autres projets à Reims et le pressoir d’Aÿ-Champagne, le maillage devrait allonger la durée de nuitées de touristes, en harmonie avec l’ouverture de deux complexes hôteliers à Mutigny et Champillon, distant de 15 kilomètres à vol d’oiseau. « On sent une vraie volonté de faire décoller l’œnotourisme avec la région Grand-est, de la taille de la Belgique et qui réunit, avec l’Alsace et la Champagne, des appellations connues dans le monde entier. »

Philippe Richert, le président de cette région s’est engagé à prêter à Aÿ-Champagne des œuvres de René Lalique provenant de l’usine de Winger-sur-Moler, qui jouxte un musée de toute beauté. « René Lalique est né à Aÿ-Champagne le 6 avril 1860. Même s’il n’y a pas vécu longtemps il fait partie de notre famille. »

50 000 visiteurs sont attendus au Pressoir. Il devrait ouvrir ses portes fin 2020 et embaucher dix salariés. « Ce centre est fait pour inviter les touristes à se rendre ensuite dans les maisons de négoce et chez les vignerons. Il a aussi pour vocation de faire découvrir d’autres initiatives privées, de découvrir le Sentier du Vigneron à Mutigny par exemple, ou monter sur les coteaux pour découvrir la beauté de nos paysages. »

Cette réalisation est accompagnée par des travaux d’embellissement dans la cité, dont celle des Boulevard du Nord et Pasteur qui seront les portes d’entrée du Pressoir. Et pour ceux qui auront encore un peu de temps il sera toujours possible de musarder dans les petites ruelles de la commune ou découvrir l’église Saint-Brice, l’un des joyaux de la commune où, tous les ans, est organisé un festival musical.

 

Jean Batilliet

Jean-Baptiste Duteurtre

Laisser un commentaire

Email (ne sera pas publié)